Une journée avec : Panache!

À l'occasion du cinquième anniversaire de Tourtoisie Music, Panache! se prépare à enflammer la scène du Hasard Ludique. Le temps d'un week-end, les cinq artistes ont accepté de nous ouvrir les portes de leur univers à la poésie aussi subtile qu’élaborée, histoire de nous donner un avant-goût.


Panache! (c) Charline Cancel
(c) Charline Cancel

Si le paradis avait une bande-son… Elle prendrait sûrement des airs de pop funk-disco, parfois nostalgique, parfois faussement naïve, à la fois ensoleillée et envoûtante. Ce paradis, Amélia, Félix, Raoul, Pierre et Lucas, aussi connu.e.s sous le nom de Panache!, vous l’interpréteront à la perfection. Ça tombe bien car Paradis, c’est aussi le nom du dernier EP du groupe francilien, paru l’année dernière. Après avoir pris d’assaut la scène du Festival Saint-Rock ou encore celle du Festival Ecaussystème, c’est à la Mad Jacques, festival qui attire 2.500 autostoppeurs.ses jusqu’en Creuse, que Panache! nous emmène et achève ainsi sa tournée d’été.



Un roadtrip dans les règles de l'art


Un nom de scène rétro remis au goût du jour, des tenues rouges pétantes… C’est à se demander ce que cela peut bien dissimuler. “Tu vas découvrir Panache! de l’intérieur et c’est pas beau à voir !” plaisante un des musiciens du groupe, juste avant de prendre la route. Samedi 18 septembre, dans une banlieue au sud de Paris, me voilà qui embarque à bord du van de Panache!. Ou plutôt, d’un ancien van de la gendarmerie loué pour l’occasion, et dont les inscriptions ont été effacées. Le van est rapidement tourné en dérision, jusqu’à devenir un running gag entre nous toustes. L’ensemble du groupe est plus qu’enthousiaste. “Je n’arrive toujours pas à croire que l’on va jouer ce soir” me confie Amélia.


Véhicule lancé, classiques de rock et de jazz sont aussitôt diffusés dans l’habitacle. Amélia tâche d’économiser sa voix pour pouvoir chanter le soir même. Félix, les yeux rivés sur son écran d’ordinateur, se plonge dans l’écriture de sa thèse, tandis que Raoul endosse le rôle du co-pilote. Le livre Jouir de Sarah Barmak est posé sur le tableau de bord devant lui. Clavier sur les genoux et casque aux oreilles, Pierre répète religieusement. Ananda, percussionniste pour Merle, groupe également programmé ce week-end-là, fait le trajet avec nous.


Aux conversations et à la musique vient s'entremêler le rire si communicatif de Lucas, alors au volant. Dernier en date à avoir rejoint la formule live du groupe, le saxophoniste ne semble pas avoir eu du mal à trouver sa place auprès d’Amélia au chant, Pierre au synthé, Félix à la batterie et Raoul à la basse. Ami.e.s de plus ou moins longue date, iels se croisent d’abord au conservatoire - c’est le cas de Pierre et Lucas -, ou au fil des concerts et des festivals, jusqu’à jouer la première jam, le premier morceau ensemble. À présent, Panache! n’est au complet que lorsqu’iels sont cinq sur scène.



Panache! ou la bienveillance incarnée


Tour à tour, résonnent dans les enceintes du van, Parcels, du rap québécois, Juliette Armanet, HAIM ou encore ce duo émergent qui nous évoque brièvement Salut c’est Cool. La musique s’arrête et le groupe se lance dans des a capella en trois voix ou entonne des chants italiens, jusqu'à ce que Félix improvise un freestyle en italien ou que Lucas se lance sur “Parle à ma main”. Face à ce panel de styles et de chansons, Raoul avoue avoir bien du mal à critiquer les oeuvres d’autres artistes, par profond respect pour leurs efforts de création et leur vision artistique.


Quand les artistes de Panache! s'inventent des rivalités, iels le font toujours avec une certaine bienveillance et une pointe d’auto-dérision, loin d’elleux l'idée d'entrer dans une concurrence toxique. “On travaille dans le conflit” balance Raoul. “Pierre et moi, on se bat en fond, pendant que Raoul compose” surenchérit Félix. Amé, que l’on trouve aussi à l’écriture des paroles, pose ensuite sa voix, Raoul chante les chœurs. Une chose est sûre : si Amélia, Raoul, Pierre, Félix et Lucas ont des caractères et tempéraments différents, iels ne font jamais bien plus que se taquiner. Au contraire, iels veillent les un.e.s sur les autres, et de manière générale, sur celles et ceux qui les entourent.



Gadoue et paillettes à la Mad Jacques


C’est sous les trombes d’eau que nous arrivons enfin. Mais peu importe, car Panache! jouera dans quelques heures à peine, au coeur de ce village hors du temps, niché au fin fond de la Creuse. Entre l'installation et le réglage des balances, tout s’enchaîne très rapidement. Une foule d’autostoppeurs et d’autostoppeuses, des déguisements de bananes ou d’astronautes trempés sur le dos, s’amassent sous le chapiteau principal. Leur excitation est palpable. “C’est déjà fini ?!” s’exclame quelqu’un dans la foule alors que le groupe termine ses balances.


Une fois sur scène, vêtu de sa tenue rouge et blanche, Panache! se met à nous conter des histoires d’amour et de rêves étranges qui ont le don de nous absorber. Au rythme des claviers, des lignes de basse et de la batterie, nous nous laissons embarquer vers des contrées lointaines, des paradis nouveaux. Une chose saute rapidement aux yeux au fil des chansons et des enchaînements de pas de danse : c’est cette véritable alchimie entre les cinq artistes. La voix d’Amélia se veut de plus en plus captivante, à tel point que l’on commence même à chanter en chœur avec elle sur le très pop “Magnetic”. C’est sans parler de Lucas qui se lance ensuite dans un solo de saxophone, finissant de séduire le public.


Alors, que ce soit à Paris ou dans la Creuse, les membres de Panache! ont réellement le pouvoir de nous emmener loin de la grisaille ; c’est d’ailleurs aussi vrai dans la vie de tous les jours. La suite ? Si Félix quittera bientôt la France pour aller s'installer à Rome, le groupe semble toujours aussi déterminé. “C'est un sujet qui fâche, plaisante Amélia, on s’est habitué à composer à distance depuis le confinement”.





Le second EP de Panache!, Paradis, est disponible sur toutes les plateformes de streaming. Il est d’ailleurs illustré d’une live session, avec, en prime, une vue sur les toits de Paris.


À l’occasion du cinquième anniversaire de Tourtoisie Music, Panache! se produira sur la scène du Hasard Ludique le 1er octobre prochain. Retrouvez plus d’informations à propos de l’évènement sur le site du Hasard Ludique ou sur Facebook.




Par Laura Gervois