Timsters : Quand vient la fin de l’été

Le 4 décembre dernier sortait Chapitre 2, le second EP de l’artiste parisien électro/pop Timsters, qui ravive des souvenirs estivaux en plein hiver. Après avoir collaboré avec plusieurs beatmakers berlinois afin de poser les fondamentaux de ce qui sera Chapitre 2, Timsters termine la production de son EP et y apporte sa touche personnelle dans son home studio parisien.



Retour vers le futur ?


On remarque dès les premières notes qui ouvrent l’EP que Timsters est particulièrement influencé par les sonorités des 80’s. Cependant, même si l’influence est bien là, Chapitre 2 est bel et bien une œuvre de son époque. Timsters utilise habilement cette inspiration pour nous faire voyager des 80’s à aujourd’hui en quatre pistes seulement. Très marqué par les 80’s pour commencer, Timsters fait un virage beaucoup plus moderne avec son troisième titre, "Call Now Amor", dans lequel on reconnaîtrait presque un soupçon d’influences trap. Et cerise sur un gâteau déjà bien garni, la chanteuse Jeannel intervient pour apporter une touche de fraîcheur supplémentaire qui aide ce morceau à se détacher du reste de l’EP. Chapitre 2 se conclut avec un quatrième son qui est un parfait mélange de ce tout ce qu’il nous a été proposé précédemment, proposant un feeling très frais tout en conservant des sonorités très analogiques, typiques des 80’s.


Vous l’aurez peut-être compris, on parle d’inspirations 80’s et de modernité réunies dans un seul EP, on peut donc dire sans trop se risquer que Timsters est un digne héritier de la French touch popularisée par d’illustres artistes tels que Daft Punk, Justice ou encore SebastiAn, dont Timsters semble s’inspirer, avec toutefois un côté pop un peu plus assumé.


Une DA aux petits oignons


L’ultime preuve que Chapitre 2 est bien de son époque, c’est sa pochette. Pour la réaliser, Timsters a fait appel à Quentin Déronzier, un artiste français mondialement connu pour avoir collaboré avec, entre autres, Drake, Petit Biscuit ou Will Smith, rien que ça. Si vous ne le connaissez pas encore, on vous encourage chaudement à aller découvrir son univers sur sa compte Instagram. Quand on voit les précédents travaux des deux artistes, on comprend tout de suite pourquoi cette collaboration était une évidence.


(c) Quentin Déronzier
(c) Quentin Déronzier

Quand vient la fin de l’EP...


Mais, au final, que retient-on de cet EP ? Si on vous parlait de souvenirs estivaux précédemment, ce n’est pas pour rien. L’EP donne vraiment l’impression de pouvoir ramener un bout d’été en hiver, et ça fait du bien en cette période où l'on peut vite se retrouver à broyer du noir.


Pour renforcer ce voyage, Timsters aborde le thème de l’amour, la madeleine de Proust des œuvres estivales. Il nous parle ici d’un amour d’été que l’on souhaiterait voir durer. En effet, on parlait de modernité dans la musique de Timsters ; le thème central qu’il aborde est tout aussi actuel, les relations à distance. Cela étant dit, ne serait-ce que les noms donnés aux titres de l’EP prennent une nouvelle envergure. "Fracture", "Don’t You Give Up", "Call Now Amor" et "Shine A Light" deviennent alors une forme d’exutoire pour parler de son amour. On comprend mieux la volonté de Timsters de sortir un EP aux sonorités très estivales en plein hiver. C’est sa manière à lui de prolonger l’été un peu plus longtemps... C’est sa manière à lui de prolonger l’amour un peu plus longtemps.


En bref, écouter Chapitre 2, c’est prendre le risque de danser dans son salon (ou à minima bouger la tête), d’oublier le froid, de provoquer des envies de cocktails en plein après-midi (avec modération tout de même) et peut-être même de recontacter cette personne qu’on a aimé le temps d’un été. On ne peut pas décider pour vous mais en ce qui nous concerne, on est prêts à prendre le risque.


Par Nicolas Demichel