Plan Clip #31 spécial espoirs du rap

Parce que les clips sont parfois de véritables bijoux, dignes de chefs-d'œuvre cinématographiques ; qu’ils sont le reflet visuel de l’univers musical de l’artiste. Parce que l'œil de l'équipe réalisation d’un clip a également son importance ; parce que leur vision artistique et leurs rôles ne sont pas à négliger. Parce que mettre la musique en images donne parfois une seconde lecture à un morceau, on a souhaité analyser tout ça, pour vous : voici la rubrique Plan Clip.


A la Genèse de Tourtoisie Music, il y a la volonté de suivre l'émergence musicale et les espoirs de demain, l'équipe est allée faire un petit saut du côté de la scène hip-hop - non, on ne prononcera pas le mot fourre-tout "urbain". Voici donc une sélection de jeunes artistes dont les échos des premiers pas risquent de faire beaucoup de bruit.


Yaz - "Punta Cana"


Quel est le point commun entre la Russie, GIMS et la République Dominicaine ? La réponse s'incarne chez un (très) jeune artiste, Yaz, qui vient de sortir son premier titre clippé « Punta Cana ». Si son nom ne sonne pour le moment pas familier à votre oreille, cela ne saurait tarder car il est la nouvelle signature de Black Star, le plus gros label indépendant en Russie, dont la branche française vient de s'exporter en France en association avec Gims et son partenaire Arthur Lerhmann. Le label va se spécialiser dans le repérage d'artistes bénéficiant d'un « environnement fort sur les réseaux sociaux », pratique qui risque de croître à l'avenir.


Originaire de Nice, Yaz s'est fait connaître à travers des freestyles sur le compte Instagram 1minute2rap. Il possède aujourd'hui des millions de vues sur Tik Tok et une communauté de plus en plus solide sur Instagram. À seulement 16 ans, le petit protégé de Gims nous présente déjà les prémices d'un univers musical, assuré par un fameux cocktail dont la recette n'a plus rien à prouver dans l'industrie du rap : un flow rapide et kickant, accompagné de mélodies mélancoliques et dansantes, ainsi qu'un refrain entêtant afin d'imprégner les esprits.



Par Apolline Pournin



Eesah Yasuke - "Mon ciel"


Si l'année 2021 a été fastueuse pour cette rappeuse, l'avenir, lui, s'annonce encore plus radieux. Après avoir sorti un premier EP intitulé Cadavre Exquis en juillet dernier, Eesah Yasuke a remporté le lauréat du dispositif « Rappeuses en liberté » et, depuis, tout semble s'enchaîner pour l'artiste.


C'est avec plaisir qu'on la retrouve dans le très esthétique clip de « Mon ciel », réalisé par Anthony Matos. On y voit Eesah Yasuke déambuler à travers les galeries d'un musée d'art, lâchant des punchlines devant des tableaux de la Renaissance.


Son style et son flow sont marqués d'une certaine majestuosité et d'une aisance naturelle qui n'ont pas besoin de jouer des coudes pour se faire remarquer.



Par Apolline Pournin



GUEVN - "Voler"


À l’heure où Orelsan, originaire de Normandie revendiqué, réalise le plus gros démarrage de ventes d’albums rap depuis les débuts du streaming en France, il est plus que nécessaire de vous présenter Guevn. Loin du caractère urbain de Paris, Marseille, ou leurs banlieues, ce jeune rappeur a fait le pari de représenter la ruralité et les problématiques de cette jeunesse éloignée des villes. « Voler », produit par Il Pazzo, nous plonge dans la complexité du monde qui est le sien au moyen d’un rap cloud planant.



Le clip réalisé par Paul Gojecki et Mathias Priou traduit le mélange entre l’authenticité de Guevn, jeune homme ancré dans son monde isérois, et sa volonté de réussir dans la musique rap, territoire des citadins. Les figurants apparaissent souvent seuls dans les plans, comme des allégories de ses sentiments : l’amour, la nostalgie, la solitude du rappeur adossé à une grange. Mais impossible de passer à côté des références aux codes rap, qu’il se réapproprie avec brio : belles voitures, bande de mecs nonchalants, clopes, mains dans les poches, scènes de fuite face à l'intervention des forces de l’ordre. Son univers éclectique est une prise de position assumée, et qui donc réussit.


« Différent de tous les autres au paraître »

Signé sur le label H24, il est accompagné par l’équipe Bosse Management qui entoure notamment Barack Adama, Tayc ou encore Lefa. Son premier EP Ataraxie (« tranquillité de l’âme »), sorti le 26 novembre dernier, confirme que Guevn s’invite à la table des rappeurs, qui doivent définitivement composer avec ses récits.


Par Anna Reiser



Daejmiy - "SAW O"


Rappeur suisse originaire de Genève, il était déjà bien présent en featuring sur les sons de Di-Meh, Makala, ou encore Slimka. Membre de la SuperWalk Clique fondée en 2014, rappeur depuis presque aussi longtemps, Daejmiy a enfin sorti son premier projet solo. Et dans tout ça, l’espoir de la nouvelle scène suisse nous a fait cadeau de son banger « Saw O ». Et il faut en parler.



« Ils se sentent puissants, ils nous ont pas vus, autant de classiques qu'il y a de bavures »

Dans une ambiance sombre chère au rappeur, celui que l’on surnomme aussi Phantom livre une performance impressionnante. Au programme : du découpage d’instrumentales. Mais ce n’est pas tout : le rappeur incarne le protagoniste d'un film d’épouvante, avec une prestation quasi digne d’un Kendrick Lamar. Bref : il crève l’écran. « Saw O », nom pensé en référence à la série de films d’horreurs mais aussi au côté « sauvage » de ses textes, est co-réalisé avec le collectif indépendant Exit Void, « plus fort que Spielberg » selon le rappeur.

« J'fais taire mes souffrances avant qu'd'autres les remplacent / J’me mets un sourire juste en guise de remparts / Haine et amour sur le même visage / J’vois les autres rappeurs cramer quand j'vois l'paysage » : « Saw O », produit par Buzatu, n’est pas juste un son brutal. Et pour cause, le rappeur genevois a le souci du détail. Son clip est pensé comme un court métrage à plot twist. Il explore la métaphore de la mort tant à travers les symboles de la faucheuse ou du feu, que via le jeu de lumières stroboscopiques ou son attitude menaçante. La scène la plus marquante reste celle du banquet en feu, symbole du péché capital de la gourmandise. Après une performance d’une efficacité pareille, on parie que Daejmiy pourrait toucher plus grand nombre encore que les quelques milliers d’abonné.e.s qu’il comptabilise à l’heure actuelle.


Par Anna Reiser