Plan Clip #23 : Folamour, José, VIKKEN, Rifa, Yen Yen

Parce que les clips sont parfois de véritables bijoux, dignes de chefs-d'œuvre cinématographiques ; qu’ils sont le reflet visuel de l’univers musical de l’artiste. Parce que l'œil de l'équipe réalisation d’un clip a également son importance ; parce que leur vision artistique et leurs rôles ne sont pas à négliger. Parce que mettre la musique en images donne parfois une seconde lecture à un morceau, on a souhaité analyser tout ça, pour vous : voici la rubrique Plan Clip.


Folamour - Just Want Happiness

Il y a plus d’un an, c’était au Boiler Room du Fly Open Festival d’Edimbourg que Folamour avait fait du bruit avec une folle reprise du mythique « Gimme ! Gimme ! Gimme ! » d’ABBA. La semaine dernière, le producteur house revenait tout en douceur sur le devant de la scène avec son niveau titre, « Just Want Happiness ». Lecteurs pyromanes, ce clip est pour vous !


Dans ce clip tourné sans aucun effet spécial, sous la direction de Vincent Desrousseaux, Folamour, en personne, s’enflamme avant de quitter la ville. En passant par des paysages aussi rougeoyants que les flammes qui se sont emparées de son corps, il s’évade et chemine vers la nature, à la quête de moments de vie aussi simples que beaux. Enfin arrivé au terme de son voyage, il s’immerge dans un lac de montagne, comme s’il avait retrouvé la paix intérieure.


Musicalement, Folamour étonne par le côté incroyablement instrumental de ce morceau. Plutôt habitués à une house endiablement disco, c’est un Folamour un peu plus folk et indé que nous retrouvons, avec des guitares terriblement envoûtantes ! Ce titre est un peu le miroir de la quête de soi, du retour aux basiques, entre mélancolie et espoir. « Just Want Happiness » c’est aussi un morceau clé pour l’artiste : il a quelques temps, Folamour rejoignait Columbia Records, la filiale de Sony Music. Alors que ce nouveau chapitre dans sa carrière musicale est annonciateur d’un nouvel album, il nous tarde donc de découvrir le feu qui brûle en lui !

Clara Jouaux-Savinien




José - Beyond Doubt

Dada, c’est le premier EP de José, dévoilé il y a quelques mois chez Upton Park. Après de longues années de travail, c’est un hommage à son enfance, à sa grand-mère et à la saudade, une mélancolie toutes portugaise, qu’il tient de ses origines. C’est aussi un vent d’air frais haut en couleur, qui invite à la danse, et c’est précisément ce qu’incarne « Beyond Doubt », dont le clip est sorti récemment.


Conjointement réalisé avec David Fontão, le petit frère de José, « Beyond Doubt » dresse le portrait d’une scène de restaurant, qui prend une tournure tout à fait inattendue. Cependant, la surprise est double du fait de la poignée d’acteurs que l’on retrouve : le vidéaste Jérôme Niel des Tutos, l’acteur Bruno Sanches du duo Catherine et Liliane, mais aussi le réalisateur Romain Francisco.


Filmé à la façon GoPro, tout débute au restaurant, lorsque personne ne parvient à ouvrir une satanée boîte de sardines. Si vous trouvez l’idée folle, attendez la suite. Alors que la boîte finit par révéler son contenu, des pastilles bleues invraisemblablement fluorescentes, nous voilà emportés dans un trip lumineux, distordu, festif et vibrant. La musique elle, insuffle l’envie de danser, sur des sonorités évoquant un des plus grands de la scène électronique, Laurent Garnier. « Beyond the doubt », telles sont les paroles chantées, attestant la bizarrerie que vivent les protagonistes. Encore une bonne envie de retourner un dancefloor !

Clara Jouaux-Savinien




VIKKEN - C'est OK

Producteur engagé issu de la scène queer, VIKKEN est revenu en décembre dernier avec le clip de « C’est OK ». Inscrit dans une démarche assez introspective, ce titre est un avant-goût de son futur EP, qui paraitra au printemps prochain.


« Je pense que c’est OK de se dire qu’il y a des choses qui ne vont pas ». Voilà le message que VIKKEN veut nous transmettre, entre quête de soi et relativisation. Avec des sets techno particulièrement sombres et profonds, voici comment est né VIKKEN. Par la suite, le producteur et activiste trans s’est tourné vers une musique un peu plus downtempo, qui l’a incité à y poser des textes en français, sur des sujets parfois intimes.


C’est l’ensemble de tous ces éléments que l’on perçoit avec ce titre, et précisément dans le clip qui l’accompagne. Réalisé par Dounia Sichov, il utilise des extraits d’un documentaire qui paraitra courant 2021, centré sur le processus de transition de l’artiste. Le clip reste donc naturellement axé sur l’artiste et l’introspection qui l’habite. La réalisatrice le suit dans sa vie quotidienne, entre éclats de rire et temps intimes, mais aussi dans sa composition musicale, comme s’il préparait ses sets à venir, sous les flashs des projecteurs. Sa voix, peu à peu modulée, contribue au caractère assez deep de ce morceau.


Récemment présélectionné aux Inouïs du Printemps de Bourges, VIKKEN reste plus que jamais engagé dans des projets forts et expressifs, dont le sujet ne pourrait être plus actuel.

Clara Jouaux-Savinien



Rifa - Rose


Si son nom ne vous dit peut être rien pour le moment, Rifa s’apprête bel et bien à se faire une place sur la scène hip-hop. Après avoir enchainé les premières parties de rappeurs confirmés (PLK, Josman, Columbine...) et son dernier titre “Pas la fête” sorti en décembre dernier, le rappeur lyonnais nous livre l’enivrant titre “Rose”, accompagné d’un clip esthétique, réalisé par Amax.mp4.

Sur ce titre, le rookie raconte les déboires d’une dealeuse, sur un autotune savamment travaillé, aussi triste que mélancolique. Entre décors remplis de néons, ralentis travaillés et soirées arrosées, le résultat donne un savoureux cocktail hip-hop baigné dans un univers sombre et entrainant. Une fois de plus, l’artiste dessine les traits d'un univers qui lui aux influences multiples, torturé, kickant et prometteur !


Apolline Pournin



Yen Yen - WRUNG


Chez Tourtoisie, nous sommes assez sensibles à l’esthétique cinématographique que les clips peuvent posséder. Avec le niveau titre de Yen Yen intitulé « WRUNG », nous sommes donc ravis ! Son clip est servi sur une musique à l’univers cyber-pop sentimental, que Yen Yen affectionne particulièrement, nous emmenant dans une ballade douce et mélancolique.


Réalisé par Anthelme Dubois, le concept est minimaliste : une cantine asiatique, trois hommes attablés et les cuisines du restaurant en background. C’est le mouvement travelling de la caméra qui nous fait découvrir peu à peu d’autres personnages. Parmi eux, une chanteuse de karaoké peut-être, du fait des paroles qui s’écrivent en bas d’écran, comme une mise en perspective.


Pour le coup, Yen Yen s’attèle aussi au chant, dans un timbre assez langoureux … « I need you to prove I was wrong, so I can move on. I need you ! ». Si le clip s’achève tandis que le protagoniste verse une belle larme de crocodile, Yen Yen prévoit de sortir d’ici quelques semaines un nouvel EP du nom de Goodbye, une jolie nouvelle donc !


Clara Jouaux-Savinien


TOURTOISIE MUSIC

Média : media.tourtoisiemusic@gmail.com
Production : production@tourtoisiemusic.com
Copyright 2020 Tourtoisie Music

FinalNB.png
  • Black Facebook Icon
  • Black YouTube Icon
  • Black Instagram Icon