Nyhasina : la quête de musicalité

Mis à jour : mai 10

Nouvelle signature du label Clearwaters Records (Tundé, Mikano, JonnyVegas) qu'on adore, le jeune Nyhasina nous a séduit dès son premier titre Moon, une ballade lunaire et mélancolique, dans laquelle on s'est laissé se perdre plusieurs heures depuis sa sortie le 31 janvier dernier.


@rvchedi

nyhasina – de son vrai nom – vient de fêter ses 22 ans. Depuis petit, il a connu la musique via ses parents, qui achetaient beaucoup de CDs. Bercé par des ondes rock à d’autres plutôt R’n’B (Boys II Men ou encore R.Kelly) en passant par le jazz, nyhasina, loin de faire des sons de lovers, a pris son indépendance, en se nourrissant d’influences populaires, confesse-t-il à demi-mot, et affinant sa recherche vers des morceaux avec toujours plus de musicalité.


Autodidacte, il se plait à reproduire ce qu’il écoute, ce qu’il aime. Petit à petit, il se dirige vers le jazz, à la recherche de quelque chose de complexe. Il y trouve quelque chose de progressif, qui demande plusieurs écoutes, des couches musicales qu’il se plaît à découvrir, une par une. Plus précisément, il s'oriente vers le jazz fusion de la scène actuelle, rempli d’originalité comme Snarky Puppy : du jazz avec des synthés, le piano, son instrument de prédilection, restant au centre de la recherche du jeune homme.


Si moi je le fais, qu’est-ce que ça donne ” ? C’est la question que se pose nyhasina quand il commence à composer avec FL Studio, stimulé par le fait de pouvoir recréer tout un morceau par lui-même, de découvrir à tâtons les possibilités. Le fait de trouver son propre son le tient en haleine pendant plusieurs jours. Il y a deux ans, l’envie d’avoir un projet plus ficelé prend le dessus. À cette époque, il souhaite avant tout exprimer le temps des premières relations sentimentales. Dans sa musique, on retrouve les sons R’n’B, de la soul, du jazz, mais aussi de la trap soul avec un côté lo-fi, subtile rencontre de toutes ses influences.


C’est cette essence qu’on retrouve dans son premier single Moon, une métaphore entre la nuit et une femme où nyhasina explore les affres de la solitude. Un morceau lo-fi et nocturne, rempli de mélancolie, de regrets et de textures, avec des harmonies de voix, qui nous ont fait penser à Jacob Collier, auquel nyhasina a été “matrixé”. Une recherche de couches vocales surement engendrée par son enfance à Madagascar, où nyhasina a baigné entre les flots des voix qui s'élèvent dans les églises malgaches au moment des chants de gospels. Il en aura même accompagné certains au piano.


"You only shine in the dark

Facing the night all alone

You’re rising up from the cloud

But no one sees how you’re bright

Feelin’ so sad on my own

I keep my head up and I think bout you"


Ce premier single est extrait de son premier EP, qui sortira courant 2020. Une entrée délicate vers la complexité et la musicalité que nyhasina veut défendre dans son projet entre sons acoustiques et organiques qui se différencient de sons plus “digitaux”.



Et s’il ne pouvait citer que trois albums qui l’ont marqué, l’artiste malgache opterait pour :


Le premier album de Jacob Collier, signé par Quincy Jones In my room

Channel Orange, de Franck Ocean

We like it here de Snarky Puppy


Et il n’a pas pu s’empêcher d’ajouter les albums

Trap Soul de Bryson Tiller

& Colouring Book de Chance The Rapper







Portrait écrit Priscilia Adam

TOURTOISIE MUSIC

Média : media@tourtoisiemusic.com
Production : production@tourtoisiemusic.com
Copyright 2020 Tourtoisie Music

FinalNB.png
  • Black Facebook Icon
  • Black YouTube Icon
  • Black Instagram Icon