Le 33 Tours de Beach Youth : "On fait de la pop de bord de mer"

Il y a cette mélodie qui vous plonge instantanément dans votre adolescence. Et celle qui vous fait faire un bond dans le futur. Il y a cette chanson qui vous évoque des moments heureux, vous procurant comme une sensation d’euphorie dont il devient difficile de se lasser. Il y a aussi cet.te artiste qui parvient toujours à vous réconforter, à vous motiver et vous accompagne dans votre vie… Personne n’échappe au pouvoir de la musique et aux émotions qu’elle nous procure, pas mêmeces talents émergent.e.s que vous ne connaissez peut-être pas encore. Pour apprendre à les connaître, nous avons donc décidé de les soumettre à un questionnaire un peu particulier : le 33 Tours de Tourtoisie Music.


Beach Youth © Adrien Melchior

Qui êtes-vous, Beach Youth ?

Nous sommes Simon et Étienne, 23 et 25 ans. Nous chaussons du 39 et du 44 et sommes basés à Caen. Notre premier album, Postcard (Music From The Masses - Shelflife - WeWant2Wecord), est sorti en avril dernier, et nous nous apprêtons à sortir un EP de remixes qui lui fait suite, intitulé Postcard From Friends.


Rien d’autre à déclarer ?

Il y aura du beau monde dessus !


Qui sont les artistes de votre adolescence ?

Simon : Pour moi, c’est la sainte trinité The Drums, Motorama, The Smiths qui a vraiment défini mes goûts musicaux.

Etienne : The Strokes et The Whitest Boy Alive de mon côté.


Quel est le job le plus nul, ou le plus marrant que vous ayez déjà fait pour pouvoir investir dans la musique ?

Simon : Allez, on balance le dossier ? Gautier (notre batteur) a bossé en tant que mascotte de cheval à l’hippodrome de Deauville. D’après ce qu’il nous a raconté, il suait beaucoup et se prenait souvent des coups de pied par des gosses de riches.


En grandissant, comment imaginiez-vous la vie d’artiste ?

Simon : À peu près comme ça, mais avec moins de trucs lourds à porter.


Si vous pouviez emprunter un talent à quelqu’un·e, n’importe qui, quel serait-il ?

Etienne : La finition d’Alexandre Mendy (attaquant star du SM Caen).


Si vous pouviez choisir de vivre à une autre époque, laquelle serait-elle ?

Simon : J’aurais bien aimé connaître l’époque du Mersey Beat au début des années 60 en Angleterre. Un vrai âge d’or de la pop, puis les belles guitares made in UK ne devaient pas être bien chères !


Le format audio que vous souhaiteriez remettre au goût du jour ?

Simon : Je suis vraiment attaché au format album et ça m’attriste un peu que le playlistage prenne à ce point le devant, mais c’est sûrement parce que je suis un jeune vieux.


Trois bandes originales préférées ?

Simon : Twin Peaks par Angelo Badalamenti, Taxi Driver par Bernard Herrmann, Les 400 coups par Jean Constantin.



Comment définir lunivers de Beach Youth ?

Simon : On fait de la summer melancholy music, de la pop de bord de mer.


Y a-t-il une œuvre qui a influencé une de vos chansons ?

Simon : Le texte de “Farewell” (un morceau de Postcard) a été écrit peu après que j’ai vu Kicking and Screaming (1995) de Noah Baumbach. C'est un chouette campus movie qui parle d’un couple qui se sépare car l’un part étudier en Europe. C’est une chanson d’au revoir mais sans amertume.


Quelle couleur donneriez-vous à votre musique ?

Etienne : Beach Youth c’est assez Bleu de France (RGB 49, 140, 231).


L'œuvre que vous écoutez en boucle dans une période compliquée ?

Simon : La discographie entière de Girls, de la pommade pour les cœurs brisés.


La chanson extrêmement mélancolique qui vous apaise ?

Etienne : The Radio Dept - Pulling Our Weight



Votre guilty pleasure musical ?

Simon : Les quatre premiers albums de Véronique Sanson me foutent les poils et je l’assume !


Et pour finir : à quel·les artistes souhaitez-vous donner de la force ?

Simon : A mes copains du collectif Entre Soi et tout particulièrement à Pasta Grows On Trees qui sort ces jours-ci son super album Tout ce temps passé là.



C’était Beach Youth pour le 33 Tours de Tourtoisie. Retrouvez leur garage session par ici, et retrouvez-les en live ce vendredi au Hasard Ludique pour la prochaine édition de Fêlée. Retrouvez plus d’informations sur la page Facebook de l’évènement.