Célia Millat : comme une comète

Un Astéroïde a percuté la terre le 10 septembre dernier, nous frappant de plein fouet par sa mélancolie et sa délicatesse. Cet EP de 6 titres est le fruit d'une collaboration entre Célia Millat et Jean Thévenin (plus connu sous son nom d'artiste Jaune). On a réussi à attraper en plein vol la chanteuse à l'origine de ce phénomène. Entre cinéma et musique, à la fois interprète, actrice et réalisatrice, Célia Millat nous a accordé un petit bout de sa vie douce. Rencontre avec une passionnée hyperactive, de quoi vous redonner l'énergie pour affronter ce confinement.

(c) Olivia Catoire
(c) Olivia Catoire

Peux-tu te présenter et présenter ta musique pour les lecteurs qui ne te connaîtraient pas ?


Bonjour! Je m’appelle Célia Millat, je suis musicienne mais également réalisatrice et actrice. Je viens tout juste de sortir mon EP L’Astéroïde, un 6 titres enregistré avec Jean Thevenin (aka Jaune). Je dirais que ma musique est un mélange de pop, de mélancolie heureuse, et de douceur.


Je sais que tu fais également partie depuis 2016 du groupe Mist Canyon. Comment trouves-tu le temps pour le groupe et pour ton projet solo ?


On a sorti deux EP avec Mist Canyon (Distance et Textures) entre 2016 et 2017, c’est un projet très chouette que nous menions à distance avec mon binôme Jérémy Demersseman. Cette distance et nos projets personnels nous ont contraints à faire une pause, mais nous continuons de collaborer ensemble (notamment sur la reprise de « La vie douce » de Pépite), et il n’est pas impossible que nous reprenions bientôt les compositions !


Tu as fait une cover de « Blessure de l’ego » de Jaune, mais tu as également été invitée à reprendre « La Vie Douce » de Pépite. Interpréter la musique d’autres artistes est également un exercice auquel tu te prêtes avec plaisir ? Pourrais-tu envisager un album de reprises ?


J’aime énormément reprendre la musique d’autres artistes, prendre possession de leurs textes tout en changeant le mood de leurs chansons initiales, je pourrais presque ne faire que ça. Je n’ai jamais vraiment envisagé de faire un album de reprises mais pourquoi pas à l’avenir ?


Qu’est-ce que cela fait d'interpréter sur son EP une chanson initialement proposée à Françoise Hardy ?


Après avoir écouté ma reprise live de « Juillet » (Jaune, La promesse), Frànçois Atlas (ndlr : chanteur et fondateur du groupe Frànçois And The Atlas Mountains) m’a proposé d’interpréter une de ses chansons. J’ai appris seulement après l’avoir choisie que « La pluie » initialement intitulée « Visanuage » avait été composée par Mark Daumail et Frànçois pour Françoise Hardy. J’ai été très touchée qu’il ait pu associer mon univers au sien en me proposant cette chanson, car c’est une artiste que j’admire beaucoup.


On doit d’ailleurs régulièrement l’évoquer, mais il y a quelque chose dans ta musique, dans ta voix, qui nous rappelle les univers de France Gall et de Françoise Hardy... Est-ce que se sont pour toi des références ? Peux-tu nous citer d’autres sources d’inspirations musicales ?


France Gall est une vraie référence pour moi. J’ai toujours adoré sa musique et celle des années 70/80 en général. Michel Berger, Balavoine, Françoise Hardy… J’ai plein de sources d’inspirations différentes, de Beethoven à Céline Dion en passant par Led Zeppelin ou Mac DeMarco. Dans la musique française actuelle, j’écoute beaucoup Jaune, Lenparrot, Flavien Berger, Muddy Monk, Melody’s Echo Chamber, Juliette Armanet, Lewis Ofman, Voyou… Souvent des chansons à texte mêlant sensibilité et sonorités pop.



Un featuring rêvé pour ton prochain projet ?


Mon feat rêvé serait sans hésiter avec Flavien Berger !


En parlant de Vie Douce, à Tourtoisie, on aime beaucoup la web-série éponyme que tu co-réalise avec Bastien Garcia, et je trouve que dans ta musique, on retrouve bien cet univers doux, léger et délicat, cette envie de prendre le temps pour bien faire. Quel est ton secret pour alterner entre sphère musicale et cinématographique, et surtout pour bien gérer ton temps ?


Merci beaucoup! C’est un projet qui nous prend, avec Bastien Garcia, la majorité de notre temps, et que l’on chérit énormément. Heureusement, nous sommes deux à travailler sur la série, ce qui me laisse un peu de temps pour me consacrer à la musique. Le cinéma et la musique demandent tous les deux de la sensibilité, de la sincérité et du travail. Ces deux passions se croisent très souvent dans ma vie et c’est comme ça que je trouve mon équilibre. Je travaille assez vite car je sais ce que je veux et mon indépendance dans la musique comme dans le cinéma me permet d’organiser mon travail selon mes besoins et mes envies.



D’ailleurs, on voit finalement que les deux univers ont tendance à se mêler : on a pu apercevoir le talentueux Gabriel Tur et Jean Thévenin aka Jaune - qu’on aime beaucoup chez Tourtoisie - dans les derniers épisodes de la série. Comment vous êtes-vous rencontrés ? Comment s’est passé la collaboration avec Jean ?


J’ai découvert Jean car il faisait la première partie de Juliette Armanet à la Cigale, et je l’ai rapidement suivi sur ses réseaux sociaux. Il s’est intéressé à mon travail au moment même où je finissais les maquettes de mon EP. On s’est rencontrés, on a fait un test en studio, et ce fut comme une évidence, j’avais rencontré la personne idéale pour produire mon projet, aussi bien humainement qu'artistiquement.

Il a fait partie intégrante de cet EP. Ce projet, c’est aussi une partie de lui. Le processus d’enregistrement a été pour moi le plus beau de toute la création de l’EP, toutes ces heures en studio à créer, rigoler, manger, débattre très sérieusement du choix d’un instrument… Nous sommes devenus de très bons amis et c’est par Jean que j’ai connu Gabriel, devenu un ami lui aussi, avec qui nous avons beaucoup collaboré ces derniers mois, pour la réalisation de son clip "Biscuit", ses captations live, mais aussi pour son rôle dans La Vie Douce !


Comment s’organise le tournage de La Vie Douce ? Vous tournez des épisodes en continu ou des périodes sont consacrées exclusivement au tournage avant de faire des pauses ?


Concentrer les tournages pourrait effectivement être une bonne façon de fonctionner et c’est ce qu’on aimerait faire dans l'idéal, mais pour l’instant, on tourne beaucoup à l’instinct. Quand on a une idée, quand l’inspiration est là, on tourne ! Ce qui fait qu’on a déjà pu tourner 7 épisodes sur un mois comme 1 épisode sur 2 mois…


J’imagine que comme la plupart des artistes, tes projets sont un peu bouleversés, mais as-tu de prochaines actualités que tu aimerais partager avec Tourtoisie Music ?


Nous avons composé une chanson avec Jean et Gabriel pour notre groupe Héron Bleu dans La Vie Douce. Le clip est sorti le 15 novembre dernier et la chanson s’appelle « L’Envol » ! Concernant mes projets personnels, je pense que je vais créer et sortir mes futures chansons au fur et à mesure, en me détachant du schéma classique d’un EP ou d’un album qui demande beaucoup de temps, de patience et d’investissement. J’espère surtout bientôt pouvoir remonter sur scène et jouer les nouveaux morceaux en live. Pour le reste, nous avons à cœur de tourner un maximum avec Bastien cette année, et pourquoi pas réaliser un nouveau long métrage !



Un conseil pour nos lecteurs pour bien vivre ce reconfinement ?


Méditer en priorité et pourquoi pas regarder La Vie Douce :)



Propos recueillis par Apolline Pournin