B.O.BINES #6 : Many Lives - Voyage direction Sébastien Tellier

Chez Tourtoisie, on aime autant danser dans les salles de concert que s’asseoir au fond d’un siège moelleux devant un écran géant. En prêtant toujours une oreille attentive au contenu audio des films, une fière équipe de frondeurs est heureuse de vous présenter B.O.BINES, la branche cinématographique de Tourtoisie. Cinéma indépendant, bandes originales renversantes, compositeurs émergents… C’est avec grand plaisir que chaque mois, nous vous partageons nos coups de cœurs musicaux du grand ... et du petit écran (confinement oblige, et oui !). En cette période de fermeture des cinémas, nous partons à la conquête des plateformes de VOD pour vous dénicher les pépites qui s'y cachent.


© Jonas Unger

Depuis 5 ans, le ArteKino Festival propose une sélection de films d’auteurs européens disponibles gratuitement en ligne afin de promouvoir un échange culturel continental accessible à tous. Cette année, un film documentaire français, Sébastien Tellier : Many Lives de François Valenza, explore la carrière d'un des artistes les plus indescriptibles des vingt dernières années. Entre troubadour bohème, gourou du sexe et (accessoirement) Dieu, les multiples vies du maître de la « crazy pop » se reflètent tout autant dans sa prestance que dans sa musique, qui parvient toujours à trouver son public. En effet, peu d’artistes français peuvent se vanter d’être à la fois icône de l’underground, participant à l’Eurovision, et popstar approuvée du grand public.


Sébastien Tellier : Many Lives retrace le parcours de cet OVNI du paysage musical français étape par étape. De 1998 et les sources de son premier album L’incroyable vérité jusqu’à la sortie d’Aventura en 2014 en passant par l’emblématique Sexuality en 2008, le film est un périple mouvementé dans l’univers de Sébastien Tellier qui rapproche de l’artiste en exposant son état d’esprit à chaque album. A chaque projet correspond une nouvelle métamorphose. Selon ses propres mots, « chaque disque est une tentative », sans conclusion. Parmi les anecdotes les plus frappantes du film, on apprend que Tellier n’a jamais enregistré deux albums dans le même studio et qu’il remplace largement son matériel entre ses projets, témoignant de sa recherche inépuisable de renouveau. La pluralité de cet homme sans limite est dévoilée principalement à partir d’images tournées lors de répétitions, d’interviews et de sessions d’enregistrement, afin d'être le plus près possible de son processus de création. Plus que des simples scènes de studio, ces extraits de sa vie musicale sont des invitations à se plonger dans son monde si particulier, à la fois grotesque et infiniment poétique.



Des témoignages de proches de l’artiste ayant contribué à son développement viennent étoffer le récit. Parmi eux, on compte Nicolas Godin de Air, pour qui Sébastien Tellier a assuré la première partie lors de ses débuts sur scène, Christian Mazzalai et Laurent Brancowitz de Phoenix, Jean-Michel Jarre, mais aussi les regrettés Philippe Zdar de Cassius, et Christophe. De plus, Many Lives est parsemé de scènes de l’expérimental Nonfilm de Quentin Dupieux (Mr Oizo) qui viennent appuyer le caractère loufoque et gauche de Tellier tout en rythmant ce documentaire musical par des moments de silence.


Plus qu’un film sur Sébastien Tellier et les multiples facettes de son personnage, Many Lives est avant tout un hommage à un répertoire d’une immense profondeur musicale. Les scènes les plus émouvantes du film sont probablement celles où Philippe Zdar et Marc Teissier du Cros, directeur du label Record Makers et collaborateur de Tellier depuis ses débuts, se remémorent le moment où ils ont entendu la suite d’accords de "La ritournelle" pour la première fois. La courte apparition de Tony Allen, qui a enregistré la batterie pour le morceau, suffit pour témoigner de la dimension surhumaine d’un tel titre. Outre l’exubérance du style qu’il se donne pour mieux dissimuler sa véritable personne, le compositeur hors normes qu’est Tellier touche principalement par la sincérité de l’émotion qu’il propage par son art. Le film fait honneur à cette musique inclassable et intemporelle, tantôt amour, tantôt violence…


Sébastien Tellier : Many Lives de François Valenza est disponible gratuitement pendant tout le mois de Décembre sur le site du ArteKino Festival.


Le nouvel album de Sébastien Tellier Simple Mind est sorti le 13 novembre.


Par Dimitri Sinitzki